DARJEELING DE PRINTEMPS 2017

La Route du Thé, 26 rue de Satory 

 

Un peu d'histoire sur le thé noir Darjeeling :  

 

A partir du 19ème siècle, l'Angleterre assoit sa domination sur l'Inde, et souhaitant s'affranchir des importations de thés chinois, ils créent tout d'abord des nécessités pour pouvoir troquer le thé, en échangeant cet or vert avec du coton venu des colonies indiennes, voire en l'échangeant contre de l'opium, venu du Bengale.

Si bien qu'on décide finalement d'envoyer un botaniste (Robert Fortune) espionner les cultures de thé en Chine : il rapporta de son voyage des plants et des graines de théiers ainsi que 85 spécialistes chinois.

Ce sont eux qui indiquèrent que les massifs de Nilgiris (Inde du sud), le Népal, le Sikkin (pays limitrophes) et la zone montagneuse de Darjeeling, ainsi que les plaines d'Assam étaient favorables pour développer des plantations d'excellente qualité.
La théiculture en Inde était née. La suprématie de Darjeeling a été rapide si bien que ces thés on été haut côtés en bourse au point de concurrencer les meilleurs produits de Chine (on en vendait, et on en vend encore aux enchères).